La portée inégale du militantisme environnemental

Alors que le dernier numéro vient tout juste de sortir,

le numéro d’octobre 2016 de la Revue du crieur, éditée par Médiapart et la Découverte, proposait deux articles assez passionnants sur des mouvements environnementaux que je professe benoîtement méconnaître. J’ai un intérêt très inégal pour ce qui résulte de ces deux mouvements, mais nous aurons certainement l’occasion d’y revenir. Je souhaite juste extraire quelques éléments qui m’ont interpelé lors de ma lecture.

index

Dans Pierre Rabhi. Chantre d’une écologie inoffensive Jade Lindgaard dresse un portrait sans concessions mais équilibré de l’inspirateur et du mouvement des Colibris. Une occasion de rappeler à cet égard que l’autre cofondateur du réseau n’est autre que Cyril Dion qui s’est fait remarquer pour le film Demain avec Mélanie Laurent.

index

Morceaux choisis:

L’ego-spiritualité contre l’efficacité politique collective

« Très tôt, il opère l’autre synthèse qui va lui donner un écho bien au-delà des cercles du développement: il relie l’agroécologie à la « mutation des consciences », la transformation de soi pour obtenir un monde meilleur. (…) L’enjeu n’est donc pas seulement l’environnement, il est aussi moral et spirituel. (…) Cet hymne [la fable du colibri, pour une illustration, voir par exemple la page nos valeurs du mouvement des colibris] à l’importance de l’action individuelle porte un message à double tranchant: (…) si elle consiste à dire qu’il suffit d’agir sans chercher à transformer le monde, cette histoire n’incite-elle pas à accepter l’échec collectif pour empêcher la prédation de la planète? (…) S’agit-il d’être chacun à la hauteur de son époque moralement ou d’arrêter la destruction du monde? (…)

S’occuper de soi avant de vouloir œuvrer à la transformation de la société (…) La tension entre une forme d’ego-spiritualité et l’appel au changement systémique parcourt toute l’œuvre de Rabhi et l’écosystème qu’il a bâti autour de lui.

Ni de gauche ni de droite?

« Jargon néo-managérial, exploitation commerciale de l’image et de la présence de Pierre Rabhi, incitation à se « ressourcer » dans un cadre naturel extraordinaire: on est vraiment loin de l’insurrection, même si elle n’est censée que concerner les « consciences ». (…) Refus de cliver, recherche du succès commercial, envie de travailler avec les patrons et le monde de l’entreprise, compatibilité affichée avec les riches et les vedettes. (…)

La réussite commerciale, éditoriale et médiatique de Pierre Rabhi se fonde sur l’influence d’un discours qui séduit une nuée de personnes d’ordinaire non militantes et peu politisées. A la différence des partis écologistes et des ONG de défense de l’environnement, il martèle que la préservation de la Terre-mère est un enjeu moral et spirituel. Cette synthèse particulière entre écologie, morale et transcendance lui ouvre des esprits fermés à la rhétorique anticapitaliste. Alors que la gauche traditionnelle, qu’elle soit institutionnelle ou mouvementiste, reste obnubilée par le cadre collectif, il innove: il s’adresse à l’individu. Il affirme qu’il a sa place et son rôle à jouer. Il l’accueille et le bichonne.« 

Aveuglement idéologique

« En recouvrant les clivages politiques, Pierre Rabhi et les associations qui l’entourent rompent avec une filiation de luttes dans laquelle ils auraient pu s’inscrire – la décolonisation, le mouvement antinucléaire, le féminisme (…) En alimentant l’idée qu’il existe des solutions locales à l’effondrement de l’écosystème et que la crise écologique peut se résoudre par l’ingéniosité humaine et la bonne volonté personnelle, il efface l’importance des mécanismes de domination: de classe, de race, de genre. (…) La notion d’injustice sociale n’apparaît presque jamais dans son discours. (…) Dans la galaxie Rabhi, on lutte contre soi-même et ses propres aliénations, mais pas frontalement contre les « 1% ». »

Une caution morale individuelle?

« Face au dérèglement climatique et aux bouleversements écologique et sociaux qu’il est en train d’engendrer, en appeler à l’insurrection des consciences est-il suffisant? Attendre la mutation des cœurs et des esprits par la transformation de soi, au prix d’alliances de circonstance, peut sembler une attitude bien timide. Sur le plan de l’organisation sociale et politique, l’utopie proposée est bien faible. En réalité, le récit que déroule Pierre Rabhi (…) possède une autre vertu: il reconnaît à chacun sa place et son rôle à jour dans le réenchantement du monde. C’est sans doute plus sentimental que politique et plus bienveillant qu’offensif. Mais c’est un antidote au défaitisme et au découragement, ces sentiments tristes qui nourrissent le désespoir collectif. »

 


comment-tout-peut-seffondrer_2015-light

Dans un tout autre registre, Pablo Servigne livre avec Penser l’effondrement un éclairage anthropologique sur les penseurs et militants de l’anticipation de l’effondrement, les « collapsologues ». Ces idées font leur chemin, et à un titre ou à un autre, la plupart d’entre nous, sûrement, auront eu affaire avec ce genre de perspectives. L’article en soi ne vise pas à éclairer leur pensée, mais plutôt à nous livrer un éclairage sur leurs modes de vie au regard du caractère relativement pessimiste de leurs opinions.

En l’espèce, ce n’est pas ce qui m’a intéressé, mais la notion de mouvement qui semble rassembler ces gens, dont l’ignorais l’existence. Or, au-delà des forums pour subsister en autarcie, l’article permet de recenser un certain nombre de plateformes, sites web et auteurs clés qu’il sera intéressant d’aller lire plus avant. Je dresse ici la liste pour mémoire.

  • Richard Heinberg
  • Dimitry Orlov
  • James Howard Kunstler
  • John Michael Greer
  • Paul Chefurka
  • Guy McPherson
  • David Holmgren
  • Carolyn Baker
  • Paul Jorion
  • Paul Ehrlich
  • Dennis Meadows
  • Mouvement de la transition, notamment R. Hopkins, groupe facebook transition 2030
  • Institut Momentum
  • Revue Entropia
  • association Adrastia
  • académiques qui traitent la question: Bruno Latour, Catherine Larrère, Philippe Descola, Dominique Bourg
  • Gail Tverberg
  • Agnès Sinaï

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s